La léthargie bloguesque et ce no man's land m'épuisent ;
à bientôt...
peut-être.